Communiqué de Presse Transparency Niger

Le Conseil Exécutif National de Transparency International-Niger (CEN/TI-N) a examiné et analysé le contenu  du point de presse de la…

La lutte contre la corruption et la promotion de l’intégrité, thème central du concours interscolaire de Transparency Niger.

Pour marquer la 15e édition de la célébration de la journée internationale de lutte contre la corruption sous le thème…

Journée internationale de lutte contre la corruption : Panels des acteurs engagés dans la lutte contre ce phénomène.

En prélude à la célébration de la Journée Internationale de Lutte contre la Corruption célébrée le 09 décembre 2018, autour…

Lettre ouverte à l'Union africaine à propos de la Journée africaine de lutte contre la corruption

11 Juillet, 2018 Chers dirigeants de l'Union africaine, Transparency International et ses 28 sections en Afrique félicitent l'Union africaine (UA)…

DECLARATION DE PRESSE DE TRANSPARENCY INTERNATIONAL - NIGER

Le Conseil Exécutif National (CEN), lors de sa réunion ordinaire du Mercredi 18 Avril 2018 a examiné la situation sociale…
Table de seance rencontre de capitalisation OXFAM_TRANSPARENCY NIGER_ROTAB
Table de seance rencontre de capitalisation OXFAM_TRANSPARENCY NIGER_ROTAB

ATELIER DE CAPITALISATION DES RESULTATS A MI-PARCOURS DU PROJET PARTENARIAT STRATEGIQUE- FINANCE POUR LE DEVELOPPEMENT MIS EN ŒUVRE PAR TRANSPARENCY INTERNATIONAL NIGER ET LE ROTAB, AVEC L'APPUI FINANCIER D’OXFAM NIGER.

Mai 15 2018

Cette  rencontre qui  s’est tenue  du 31 janvier au 01 février 2018  dans la salle de réunion de la Mairie de Maradi, avait pour objectif d’apprécier les bonnes pratiques, les changements et les échecs enregistrés  depuis le lancement du projet Partenariat Stratégique- Finance pour le Développement  en janvier 2017 à Konni, et qui vise à améliorer et à  promouvoir  la gouvernance à l’échelle locale.
Cette rencontre a été présidée par le Secrétaire Général du Gouvernorat de la région de Maradi, en présence des différents acteurs de mises en œuvre du projet (les autorités administratives, Oxfam, Transparency International Niger, ROTAB et les représentants des Cellules de Participation Citoyenne).


Dans son mot de bienvenue, Mr Maman WADA, Président de Transparency International Niger, a vivement remercié Oxfam pour son soutien financier sans faille qui leur a permis d’apporter leur modeste contribution dans la promotion de la bonne gouvernance dans trente communes des régions de Maradi, Tahoua et Tillabéry. Il a ajouté que les résultats obtenus après une année d’exécution de ce programme  donnent la preuve qu’il faut continuer dans cette voie car elle fait partie  des meilleurs, d’autant plus qu’elle permettra de réduire de façon sensible les inégalités entre citoyens et par conséquent conduire à la pleine citoyenneté et au développement économique et social. Mr WADA a aussi notifié qu’il faut créer toutes les conditions pour que cette initiative fasse tache d’huile pour en créer en chacun de nous la conscience citoyenne, en payant l’impôt comme l’exige la loi, en s’engageant dans le contrôle citoyen de l’action publique, car sans ressources  pas d’investissement donc, pas de développement et sans transparence et la redevabilité, l’horizon du développement ne sera jamais proche des citoyens.
Prenant la parole à son tour, Mr Sani ALLASSAN, Directeur de programme d’Oxfam Niger,  a soutenu que cette rencontre est d’une importance capitale car elle permet de s’arrêter, un an après le lancement du projet à Konni, pour non seulement faire le point sur les engagements pris mais aussi pour analyser avec tous les acteurs du projets, les voies et moyens pour améliorer ce qui a marché. Il a ajouté que la problématique de la mobilisation des ressources est partie intégrante d’un des axes importants d’intervention d’Oxfam qu’est le programme gouvernance et citoyenneté active qui, avec les autres programmes (humanitaire et sécurité alimentaire et moyen de subsistance) visent à apporter un changement qualitatif dans la vie des communautés grâce à une approche basée sur le droit.
 En procédant à l’ouverture de la rencontre, Mr a soutenu que ce projet dont ils sont bénéficiaires est d’une grande importance pour le Niger car il permet de percevoir la décentralisation au delà des dispositions  juridiques et administratives,  en mettant  l’accent sur le cadre propice d’exercice des droits humains, de la citoyenneté  et de la démocratie  locale.
Mr le Secrétaire Général a souligné que   les activités du projet ont donné des résultats remarquables en termes de mobilisation de ressources financières et d’implication de tous les citoyens dans la gestion de la cité. Et pour cette raison,  il a tenu  à  féliciter de vive voix toutes les  équipes qui travaillent sur ce projet  pour leurs   efforts, sans oublier les autorités locales pour leur forte implication.
Il a enfin réitéré la volonté des plus hautes autorités à accompagner OXFAM  et Transpaency International Niger  dans leur  quête  pour l’atteinte de l’objectif qu’ils se sont fixés, celui de  construire  une citoyenneté active, enracinée dans la société et génératrice de changement des mentalités de nos sociétés.
Dans le cadre de cette rencontre de capitalisation, plusieurs aspects étaient pris en compte pour apprécier les changements par partenaires de mise en œuvre du projet :
    Transparency International Niger :
•    L’amélioration de la participation des jeunes et des femmes dans la vie de la communauté
•    La mobilisation des recettes fiscales
•    L’engagement des autorités à soutenir les cellules de participation citoyenne
Plusieurs changements sont constatés après   un an de mise en œuvre du projet selon le Directeur Exécutif de Transparency : un fort engagement des Autorités Communales (les communes de Madaoua, makolondi ont mis à la disposition des cpc des sieges, Guidan Roumdji appui en vehicule et carburant et pratiquement toutes les reunions des cpc se tiennent dans les salles de reunion des     Mairies), la perception de la taxe du marché de la commune rurale de Makalondi a augmenté de 50% en 2017 (la perception de la taxe de marché de  la commune de Makolondi d’Avril  à Aout 2017 est passée  de 675.000FCFA à 1350.000FCFA) La perception de la taxe du marché de la commune rurale de Kornaka  a augmenté de  500% d’avril à septembre  2017 (la perception de la taxe du marché de  la commune de  Kornaka  d’avril à septembre 2017 est passée  de   400.000 FCFA à 2.000.000 FCFA). Aussi, les femmes et les jeunes prennent de plus en plus  une part active en s’exprimant sur divers thèmes dans les tribunes qui leur sont dédiées. Ainsi à fin décembre 2017, environ 720 séances ont été organisées pour 285 000 participants dont 52% femmes (pour une cible de 920 pour 100 000 pour la fin du projet en dec2108).  
    Du coté du ROTAB
•    La formation des organisations de la société civile
•    L’engagement du politique
Un certains nombre de changements sont identifiables ici également, a soutenu le coordonnateur du ROTAB, Mr Illiassou Boubacar : la maitrise par les acteurs nigériens du cadre légal notamment les directives de la CEDEAO, la Vision Minière Africaine et les principes Directeurs des Nations Unies les «  Entreprises et droits de l’Homme », l’utilisation par la société Civile des données produites par les compagnies  extractives et l’Etat dans le cadre de son travail de Veille citoyenne. L’utilisation par la société civile des informations produites par les initiatives internationales de transparence (ITIE, Acte DODD-Frank,Directive UE) dans le cadre du plaidoyer pour une gestion responsable ,transparente et redevable du secteur  minier et plus précisément des revenus
Un plan d’action a par la suite été rédigé pour améliorer les acquis du projet. Plusieurs points ressortent de ce plan, dont :
•    Le plaidoyer auprès des communes pour appuyer les cellules ;
•    La collaboration entre les communes et les cellules ;
•    L’accentuation des séances de sensibilisation ;
•    La formation des membres des cellules sur plusieurs thématiques ;
•    La prise en compte du travail des cellules par les autorités tant sur le plan national que local.

Lu 219 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)

A Propos de l'Auteur

Newsletter

BON À SAVOIR

Les cas dont traitent les CAJAC vont de la corruption à petite échelle à la grande corruption impliquant des centaines de millions de dollars. Les cas des secteurs et des thèmes, tels que : la passation des marchés publics, la privatisation, l’environnement, les droits de l’homme, la santé, l’éducation, le judiciaire, la douane, les services d’immigration, les permis d’exploitation des petites entreprises, etc…

joomla vector social icons

Nos Partenaires

LOGO-OXFAM-FRANCE.pngNational_Democratic_Institute_NDI_Logo_290313.jpgarton1841.jpgosiaI.jpgtimonde.jpgue.gif