COMMUNIQUE SUR LA DECLARATION DES BIENS

COMMUNIQUE SUR LA DECLARATION DES BIENSLe Conseil Exécutif National, après une analyse sur la question, fait les constats suivants :-  …

Communiqué de Presse Transparency Niger

Le Conseil Exécutif National de Transparency International-Niger (CEN/TI-N) a examiné et analysé le contenu  du point de presse de la…

La lutte contre la corruption et la promotion de l’intégrité, thème central du concours interscolaire de Transparency Niger.

Pour marquer la 15e édition de la célébration de la journée internationale de lutte contre la corruption sous le thème…

Journée internationale de lutte contre la corruption : Panels des acteurs engagés dans la lutte contre ce phénomène.

En prélude à la célébration de la Journée Internationale de Lutte contre la Corruption célébrée le 09 décembre 2018, autour…

Lettre ouverte à l'Union africaine à propos de la Journée africaine de lutte contre la corruption

11 Juillet, 2018 Chers dirigeants de l'Union africaine, Transparency International et ses 28 sections en Afrique félicitent l'Union africaine (UA)…
Image sur la corruption
Image sur la corruption Image sur la corruption

COMMUNIQUE SUR LA DECLARATION DES BIENS

Oct 07 2019

COMMUNIQUE SUR LA DECLARATION DES BIENS

Le Conseil Exécutif National, après une analyse sur la question, fait les constats suivants :
-    que les dispositions pertinentes de la Constitution du 25 novembre 2010 relative à la déclaration des biens des membres du gouvernement et celles de la loi 2002-003 qui impose aux autres personnalités astreintes au titre de ladite loi ne sont pas respectées ;
-    ces déclarations sont négligées voire ignorées par la plupart des personnalités assujetties ;
-    qu’à la date du vingt sept (27) septembre 2019, seules vingt cinq (25) personnalités sont à jour de leurs déclarations des biens ;
Cette attitude quasi permanente s’apparente à une violation de la loi.


Il est par ailleurs utile de rappeler que la constitution dispose en son article 78 : « dans les 7 jours de leur entrée en fonction, le Premier Ministre et les Ministres doivent remettre au Président de la Cour des comptes, la déclaration écrite sur l’honneur de leurs biens. Cette déclaration fait l’objet d’une mise à jour annuelle et la cessation des fonctions.
Cette disposition s’étend aux présidents des autres institutions de la République et aux responsables des autorités administratives indépendantes.
La déclaration initiale et les mises à jour sont-elles publiées au Journal Officiel et par voie de presse.
La Cour des comptes est chargée de contrôler les déclarations des biens.
La loi n°2002-003 détermine les autres agents publics assujettis à l’obligation de déclaration des biens ainsi que les modalités de cette déclaration ».
Ainsi, le Conseil Exécutif National de Transparency International Niger :
-    demande au Président de la République, magistrat suprême, garant du respect de la constitution et de l’ordre juridique national, de rappeler à l’ordre toutes les personnalités assujetties à la déclaration des biens, de se conformer aux dispositions de la constitution.
-    le Conseil Exécutif National fait le lien entre la déclaration des biens personnels et la bonne gouvernance qui implique la transparence et le respect des biens publics.
Au regard de ce qui précède, le Conseil Exécutif National :
-    exhorte toutes les personnalités formellement citées de se conformer à la loi pour donner des gages de transparence dans la gestion des affaires de l’Etat ;
-    demande par conséquent au Premier Ministre, Chef du Gouvernement de rappeler aux Ministres et les autres personnalités la nécessité impérieuse de respecter les dispositions constitutionnelles et la loi sur la déclaration des biens.

                                                                                                                                                                                             Fait à Niamey, le 03 octobre 2019
                                                                                                                                                                                             Pour le CEN,
                                                                                                                                                                                             Le Président
                                                                                                                                                                                              MAMAN WADA

Lu 73 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)

A Propos de l'Auteur

Newsletter

BON À SAVOIR

Les cas dont traitent les CAJAC vont de la corruption à petite échelle à la grande corruption impliquant des centaines de millions de dollars. Les cas des secteurs et des thèmes, tels que : la passation des marchés publics, la privatisation, l’environnement, les droits de l’homme, la santé, l’éducation, le judiciaire, la douane, les services d’immigration, les permis d’exploitation des petites entreprises, etc…

joomla vector social icons

Nos Partenaires

LOGO-OXFAM-FRANCE.pngNational_Democratic_Institute_NDI_Logo_290313.jpgarton1841.jpgosiaI.jpgtimonde.jpgue.gif